Partagez
 

 (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Sixtine Barattieri


TO DO
LIST:


messages : 240

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 10:07


Sixtine Barattieri
et j'ai peur du noir
Bonjourno bella ! Moi, c'est Sixtine Barattieri. J'ai actuellement 21 ans, et ouais, le temps passe comme dirait l'autre. J'ai vu le jour, un certain 03/12/1992, à Milan, je suis donc italienne. Actuellement je suis glandeuse à plein temps et cela me convient - ou pas -. Je suis célibataire depuis ma dernière nuit en date et je fais avec même si ce n'est pas facile tous les jours. D'ailleurs, je suis hétérosexuelle pour ceux que cela intéresse. Certaines personnes disent que je ressemble à Gabriella Wilde mais franchement je ne vois pas pourquoi... J'aime passionnément le nutella et du coup je fais partie des fraises.
Sixtine est totalement accro au Nutella Ce n'est pas son vrai prénom, elle l'a changé lorsqu'elle n'en pouvait plus de ses parents Son vrai prénom c'est Angela Elle est toujours passée d'une addiction à une autre Elle en a parfois même plusieurs Italienne de pure souche, elle vient d'une famille très aisé et surtout très catho Elle est fiancée et le déteste, tout comme elle déteste le monde entier Quand ça ne va pas comme elle veut, elle sort une cuillère magique de sa poche et se met à manger du nutella Elle a une totale phobie des animaux en tout genre Elle déteste le sport et pourtant, passe sa vie à courir Elle n'attache jamais ses cheveux, et ne les coupe qu'une fois les 35 du mois Elle se ronge en permanence les ongles et s'en fout complètement N'a jamais cherché à séduire un garçon, pourtant, dieu sait combien elle a déjà observé de plus près S'amuse à contre dire tous les faits et gestes de ses parents et se trouve donc à la totale opposé de la parfaite petite Vierge Marie et du Jésus Christ S'est promis de lui pourrir la vie Adore regarder des émissions et séries totalement abrutissante à la tv Ses parents ne voulant pas qu'elle regarde la tv, on coupé toutes les chaînes, en vrai petit as de l'informatique, elle a réussit à les tromper A terminé ses études d'informatique, mais ne veut pas travailler A sauté deux fois une classe N'a jamais réussi à rester ni à être fidèle.

when you look at me
prénom/pseudo : Romane plus connue sous le pseudo de Suika. - âge : j'vais avoir 20 ans.. Je veux pas, c'est trop tôt. - région/pays : BELGIQUE POWA hero . - fréquence de connexion : 5/7 mes coco's. - où avez vous connu le forum? : Par le baisable beau Jago. - Un dernier truc a nous dire ? : J'vais vous faire à tous des bébés. sexe 
Code:
<taken>► </taken><bt>Gabriella Wilde</bt>  + Sixtine Barattieri
__________________




IL EST IMPOSSIBLE D'ÊTRE TOUT ET ENCORE PLUS DE N'ÊTRE RIEN. CAR EN DÉFINITIVE NOUS POUVONS ÉCHAPPER À TOUT, SAUF À NOUS-MÊMES. 


Dernière édition par Sixtine Barattieri le Sam 19 Avr - 10:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sixtine Barattieri


TO DO
LIST:


messages : 240

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 10:07

Assise sur son lit, la jeune femme écoutait une musique souvent qualifiée d’assez hard. Les baffles à fond, la petite blonde faisait un tri dans ses anciens cours. Oui, anciens. Elle venait tout juste d’avoir son diplôme en poche. Les basses faisaient vibrer le sol de sa chambre. Elle aimait cette sensation d’entrer dans une bulle, de ne plus rien entendre, vivre. Mais c’était sans compter ses géniteurs qui lisaient chacun de leur côté dans le salon. Elle imaginait très bien leur tête. Les sourcils froncés, les lèvres pincés. Sa mère avait surement déjà mis ses mains sur ses oreilles. Priant son grand ami que cette musique cesse. Sixtine n’avait jamais compris pourquoi, elle, était née chez les Barattieri. Elle qui était pourtant totalement à l’opposé de la conception du monde de ses parents. Pied à terre, rebelle, fêtarde. La jeune fille était tombée dans une famille des plus catholique. Dans toutes les églises du coin, on connaissait cette famille pour être très pieuse. Et au plus grand malheur de ses parents, on les connaissait aussi pour avoir une fille totalement en dehors des chemins battus. Et ils avaient honte. Oh oui. Elle était la honte de leur famille, pourtant tellement bien et saine depuis des générations. Elle était la gangrène. Elle était le fléau, la douleur et la perte. Mais dieu sait comme Sixtine aimait ça. Elle se sentait vivante dans cette ambiance d’outre tombe. Jamais un pas de travers, jamais une parole déplacée. Non. Ce n’était pas pour elle. Loin de là. C’est avec une joie non dissimulée qu’elle entendit des pas claquer dans l’escalier. La porte de sa chambre s’ouvrit brusquement, laissant apparaître le visage rouge de son géniteur. « Angela, s’il te plait, peux-tu baisser la musique ? Avec ta chère mère, nous ne nous entendons plus très bien réfléchir. » Sixtine, de son surnom, leva les yeux au ciel. Tout parent normal lui aurait hurlé dessus. Eux, non. Ils se contentaient de lui dire s’il te plait. Essayant toujours de parler entre adultes. Sauf que ça insupportait Sixtine. Elle voulait qu’ils se lâchent, qu’ils lui hurlent dessus, qu’ils la menacent de la foutre dehors. Mais jamais rien. «  Tu rêves, j’aime cette musique. C’est ma chambre, je fais ce que je veux. » « Oui mais ma fille, c’est notre maison. » « Rien à foutre », elle se leva, alla claquer la porte, et remit sa musique au maximum. Elle voulait les pousser. Les pousser à bout, voir où étaient leurs limites, limites qu’elle n’avait encore jamais franchies. Et plus les jours passaient, plus Sixtine devenait insupportable. Si ce n’était au bord de la démence. Rentrant à des heures pas possible, ramenant milles et unes personnes dans sa chambre, touchant à tout. Ses parents étaient désespérés. Plusieurs fois, sans oser l’avouer à l’autre, ils avaient tout deux penser lui donner ses clics et ses clacs pour qu’elle parte. Mais ils ne pouvaient pas. Dieu ne leur pardonnerait jamais. Et ils voulaient rester dans ses grâces. Mais ils souffraient. Et elle, elle jubilait. « Diego, je… je pense qu’il faut qu’on parle. » Assis tous les deux dans le salon, Sixtine partie ils ne savaient trop où. Ils savaient que ça ne pouvait plus durer, loin de là. « Je pense que j’ai la solution ».

Depuis toujours, Sixtine voyait la fille de leurs voisins courir dans la rue, jouer avec ce qui semblait être ses parents. Depuis toujours, elle l’enviait. Même si elle savait très bien qu’elle n’en avait strictement pas le droit. Son père lui répétait sans cesse que Dieu n’avait pas mis sa bonté sur cette famille, les Gianelli. Ils n’avaient pas grand chose pour eux. Et n’avaient pas voulu Son aide. Et plus elle grandissait, plu Sixtine se disait qu’au final, ils avaient pris la bonne voix. Ce catholicisme qui caractérisait les Barattieri, elle n’en pouvait plus. C’était à se taper la tête contre un bloc de pierre. Mais peu importe. Elle la regardait souvent, du haut de sa chambre, et la détestait. Elle n’aurait jamais su dire pourquoi, mais c’était ainsi. Elle détestait cette fille aux cheveux bruns que tout opposait à Sixtine. Pourtant, alors qu’elle prenait de l’âge, si tout le monde connaissait ses frasques et sa rébellion constante, elle apprit aussi à connaître de on-dit la jeune Maïra. Et à son plus grand désespoir, elle comprit qu’elles deux, elles étaient pareils. Ce qui ne fit qu’accroître sa haine envers cette fille. Comment une fille de bas étages pouvait s’apparenter à elle ? Elle ne comprenait pas. Et puis le temps passe. Sans trop savoir, elles deviennent des connaissances. Puis des potes. Finalement, et parce qu'elles ont grandit, elles en viennent à faire toutes leurs soirées ensemble, à rire, se moquer des autres. Doucement, on commence à les appeler le Duo Infernales. Toujours ensemble dès qu'elles sortent de chez elles, on les pense meilleures amies. Mais seul elles deux le savent vraiment. C'est bien plus que ça. Amies, ennemies. Elles sont des mecs à l'état pur. Boissons, sorties, nutella, tout y passe. Elles sont inséparables, et pourtant, n'hésite jamais à se marcher sur les pieds. Paris, hommes, défonce. Les uns après les autres, elles ne s'arrêtent jamais. Jusqu'à mourir d'étouffement. Elles ont tout fait à deux. Et c'était dans l'ordre des choses qu'elles goûtent la peau de leur alter ego. Comportements étranges, mains volatiles. Elles ne s'en lassent pas. Cette relation finira par les tuer à petit feu. Mais dieu qu'elles sont accros.

Sixtine, c’était la fille aux addictions. Pas un seul jour ne passait sans qu’elle ne soit accro à quelque chose. Si elle arrivait à en dépasser une, ce n’était que pour mieux replonger dans la démence d’une autre qui lui tendait ouvertement les bras. Et au plus grand dame de son entourage, elle ne parvenait jamais à totalement oublier ce pour quoi elle vivait. Si aujourd’hui, elle en avait fini avec l’addiction des pétards, elle ne disait jamais non à un bon petit en soirée. Ou dans la rue. Bref. Vous avez compris le tempo. Depuis quelques temps, enfaite, depuis la connerie du Docteur Nut, Sixtine avait, comme beaucoup d’autres, plongé dans la saveur de ce nouveau Nutella. Elle ne pouvait s’en passer. A toutes les sauces, elle se faisait ses petits en-cas au Nutella. A la cuillère, avec ses doigts, sur une banane, sur un corps chaud, sur une tartine, tout y passait. Elle allait jusqu’à ce balader avec un pot rempli de Nutella pour être sur d’en avoir à tous les coins de rue. Et surtout, elle les cachait dans sa chambre, là où sa mère ne pourrait jamais les jeter dans une poubelle. Une poubelle. Sixtine devenait totalement hystérique dès qu’on émettait l’idée de se débarrasser d’un pot de ce chocolat ô tellement tendre sur ses papilles gustatives. Elle tuerait pour en avoir. Heureusement, Jago était là. Son dealer personnel de Nutella. Elle l’aimait bien lui. Il lui permettait toujours de se rassasier. Même si parfois, elle allait jusqu’à le harceler durant des heures devant sa porte. Un peu tordue la Sixtine, il n’en restait pas moins qu’elle pouvait grandement se montrer imbuvable si elle n’avait pas sa dose. Lio, grand, musclé, gentil, c’était son voisin. Son autre voisin. Depuis qu’elle était née, ils s’entendaient à merveille. Et au plus grand damne de Lio, il la voyait s’enfoncer petit à petit dans la dépendance. Ce qu’il, en bon ami, n’appréciait guère. Il se mit même en tête de la sortir de toutes ces merdes. Malheureusement, il n’était pas au bout de la joie. « Putain Sixtine, arrête. » C’était sa phrase préférée. « Viens, essaye seulement de me l’enlever. » et ça, la réplique de la jeune blonde dès qu’il essayait de lui faire entendre raison. Limite elle se mettait en posture de combat. Les poings en avant. Mais surtout, ce qu’elle ne voulait s’avouer à elle-même, c’était que si par malheur, Lio arrivait à la sortir de ces addictions, elle tomberait aussi vite dans une autre. Cette autre qu’elle ne voulait en rien découvrir. Une dépendance au jeune homme. Car c’était plus fort qu’elle, elle en avait besoin. Et elle ne voulait pas être dépendante de lui. Il était trop gentil, trop serviable. Et surtout, elle ne voulait pas le perdre. Que de tourbillons dans son cerveau si fragile.

« Angela chérie nous… » « Je m’appelle Sixtine, et je suis pas votre chérie. » Les bras et jambes croisés, la jeune blonde était assise face à ses parents, dans la cuisine. Ils avaient quelque chose d’important à lui dire. Et elle était tenue de les écouter. « Certes. Voilà, avec ton père, nous avons trouvé un arrangement. Parce que – non écoute nous – il faut que tu cesses d’agir… ainsi. Nous tenons à toi, et voulons ton bonheur. Mais aussi, ton succès. Alors voilà. Après avoir longuement parlé aux Casaviecchi, nous avons convenu de te fiancer avec leur fils, Fabio, un gentil garçon. Ainsi, tu auras une belle vie toute tracée. Et Dieu sera avec toi tout au long du chem… » Sixtine s’était brusquement levée, envoyant valser sa chaise à l’autre bout de la pièce. « Non mais vous vous foutez de ma gueule hein ?! C’est ça ? Bande d’abrutis ! Jamais ! Vous m’entendez ?! Jamais je ne me marierai ! Et encore moins avec un espèce de bouffon pas propre !!! » Folle de rage, sans attendre la réponse de ses géniteurs, elle sortit de chez elle, emportant avec elle une folie non contenue. Sans s’en rendre compte, elle était arrivée devant la porte des Casaviecchi. Elle allait le tuer. Comment diable avait-il pu accepter cela ? driiiing driiing La porte s’ouvrit sur, il fallait l’avouer, un beau jeune homme. « T’es qu’un gros salop ! Non mais je rêve ! » Elle s’approcha du dénommé Fabio, pointant son doigt sur son torse. « Vous êtes tous des porcs doublés de cochon mal famés et vous allez tous pourrir en enfer ! Et toi, ahhhhhr toi. T’es aussi pourri qu’eux et je vais te faire baver jusqu’à ma mort ! Tu peux être sur que dorénavant tu devras surveiller tes arrières, je vais te pourrir la vie ! LA VIE ! Tu m’entends ?! Et arrête avec ton air de merlan fris ! Tu sais très bien qui je suis ! SIXTINE ! » Et sans plus un mot, la jeune fille se retourna, marmonnant dans sa barbe, sans écouter un seul mot de ce que le brun lui disait. Elle s’en foutait, et elle allait devenir une furie des enfers. Lui faire goûter au malheur, au désespoir et à une pourriture énorme.  Elle fulminait. Et pas une seule fois il ne lui passa par la tête que lui non plus n’avait pas demandé son mariage. Car dans sa petite tête, il était le mec, donc il aurait pu s’opposer à cette union totalement hors propos. Dès qu’elle le croisait en rue, elle hurlait sur tous les toits qu’il n’était qu’un goujat, quand elle le voyait en boîte, elle mettait tout et n’importe qui dans son verre sans qu’il ne le remarque. Bref, elle était une vraie diablesse, et dieu seul sait comment elle adorait ça. Tellement. Elle se sentait vivante, déterminée. Et elle le détestait. Tellement.




Dernière édition par Sixtine Barattieri le Sam 19 Avr - 23:07, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cléo Bertuzzi
ADMIN EN CHOCOLAT


TO DO
LIST:


messages : 313

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 10:09

Le titre m'a tué  mdr mdr mdr mdr 
Gabriella  bave bave bave bave 
Bienvenue parmi nous beauté  hanwi 
Bon courage pour ta fichounette  hey 
__________________



Je suis une licorne avec les pouvoirs magiques, mon style est épileptique. Je suis une licorne avec une crinière swaggy, elle est douce comme Beyoncé. Une licorne c'est une corne avec un ch'val au bout, chez nous y'a pas de sexe, on fait seulement des bisous. Nous on vit dans des villas, sur les putains de nuages, et nos croupes sont plus charnues que le cul d'Nicki Minaj. Je suis une licorne qui fait du bodybuilding, pour plaire à Ryan Gosling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sixtine Barattieri


TO DO
LIST:


messages : 240

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 10:11

Héhéhéhé  smile hey Merci à toi jolie blonde bril sexe 
__________________




IL EST IMPOSSIBLE D'ÊTRE TOUT ET ENCORE PLUS DE N'ÊTRE RIEN. CAR EN DÉFINITIVE NOUS POUVONS ÉCHAPPER À TOUT, SAUF À NOUS-MÊMES. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jago Esposito
ADMIN EN CHOCOLAT


TO DO
LIST:


messages : 1014

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 10:13

    Le titre qui tue mdr
    Bienvenue, cousine hehe Tu me gardes mon lien au frais, hein look

    Et hésites pas si t'as besoin hanwi
__________________


oh kitty kitty kitty
tu viens me faire des papouilles ? ✻ 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sixtine Barattieri


TO DO
LIST:


messages : 240

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 10:20

Toi c'est ton gif dans ton profil qui m'a tué  mdr 
Et avec plaisir, cousine perv 
__________________




IL EST IMPOSSIBLE D'ÊTRE TOUT ET ENCORE PLUS DE N'ÊTRE RIEN. CAR EN DÉFINITIVE NOUS POUVONS ÉCHAPPER À TOUT, SAUF À NOUS-MÊMES. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Miella Victori
ADMIN EN CHOCOLAT


TO DO
LIST:


messages : 163

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 12:25

oh suika ♥ heureuse de te voir parmi nous ♥ (clémence de no way back ici présente ♥)
bienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche et si tu as la moindre question, surtout n'hésites pas: nous sommes là pour toi ♥
__________________



we became violence when we were young and our light. we can’t last through the fire, let things burn to survive. we are damaged take control.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sixtine Barattieri


TO DO
LIST:


messages : 240

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 20:04

Haaaan mais noooon bril bril bril Oh j'adore plz Merci à toiii coeur 
__________________




IL EST IMPOSSIBLE D'ÊTRE TOUT ET ENCORE PLUS DE N'ÊTRE RIEN. CAR EN DÉFINITIVE NOUS POUVONS ÉCHAPPER À TOUT, SAUF À NOUS-MÊMES. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fabio Casaviecchi
ADMIN EN CHOCOLAT


TO DO
LIST:


messages : 353

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 20:14

Ma merveilleuse fiancée que je n'aime point et qui me fait chier look
( au passage, t'es quand même ultra sexy mdr )

bienvenue ici ma petite fourmis en sucre marc
si tu as besoin d'un truc, on est là coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sixtine Barattieri


TO DO
LIST:


messages : 240

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 20:16

Tu ne penses pas si bien dire, je vais faire de ta vie un enfer perv Encore plus maintenant avec Maïra mdr (faut pas le dire, mais t'es pas mal non plus dans l'genre siffle ). Et encore merciiii  bril 
__________________




IL EST IMPOSSIBLE D'ÊTRE TOUT ET ENCORE PLUS DE N'ÊTRE RIEN. CAR EN DÉFINITIVE NOUS POUVONS ÉCHAPPER À TOUT, SAUF À NOUS-MÊMES. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fabio Casaviecchi
ADMIN EN CHOCOLAT


TO DO
LIST:


messages : 353

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 20:19

Pauvre Fabio, il va souffrir mdr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fabio Casaviecchi
ADMIN EN CHOCOLAT


TO DO
LIST:


messages : 353

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 23:13

Bon, alors je dois dire que tu es juste parfaite du début à la fin mdr Ton histoire est super et Sixtine est génial mdr sexe
J'espère qu'un jour tu m'écouteras, mais bon mdr En attendant, je te valide quand même coeur


Tu es validé(e)
bienvenue parmi nous petit fou!
ça y est! tu as enfin passé l'épreuve redoutable de la validation: bravo! bienvenue parmi nous!
maintenant, tu vas être réparti(e) dans ton groupe et tu vas pouvoir poster dans le reste du forum! n'oublies pas de vérifier que ton avatar a bien été ajouté au bottin, car nous ne sommes pas à l'abri d'un oubli..! n'oublie pas non plus de venir te trouver une maison et recenser ton métier ! ensuite, tu peux venir créer ton ou tes scénario ou tes liens recherchés pour agrandir ton cercle d'ami! tu peux aussi venir créer ta fiche de liens et de rp pour qu'on puisse tous se trouver des liens de fifous bril! et tu peux évidemment flooder, jouer.!
bon jeu et si tu as la moindre question, le staff est là pou rtoi coeur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sixtine Barattieri


TO DO
LIST:


messages : 240

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. EmptySam 19 Avr - 23:14

Owwwwh bril MERCIIII hanwi ça me fait trop plaisir smile même si je pense que tu pourras encore courir longtemps, moi, t'écouter ? mouahahaha mouha fouet 
__________________




IL EST IMPOSSIBLE D'ÊTRE TOUT ET ENCORE PLUS DE N'ÊTRE RIEN. CAR EN DÉFINITIVE NOUS POUVONS ÉCHAPPER À TOUT, SAUF À NOUS-MÊMES. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty
MessageSujet: Re: (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.   (sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(sixtine) baisons les moustiques aussi violemment qu'ils nous sucent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nous aussi on veut apprendre "la photo de fumée" ( 28/01/13)
» [Collection] Nous deux
» Si toi aussi tu viens de ce merveilleux pays qu'est la Moselle
» Y a toujours plus con que nous !
» Les extraterrestres sont parmi nous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
N U T E L L A :: Au rayon du magasin :: Rayons chocolat :: Chocolats déballés-