Partagez | 
 

 whispers under the moonlight (atlounet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



messages : 429

MessageSujet: whispers under the moonlight (atlounet)   Sam 3 Mai - 4:36

whispers under the moonlight
atlas and ebony


Tu étais complètement épuisées de ta journée, tes jambes étaient si lourdes que tu n'avais qu'une envie s'était de quitter ta paire d'escarpin. Alors lorsque tu es arrivées chez toi, tu t'es laissées tomber dans ton lit et ton chat t'a rejoint en ronronnant. Tu as lâché un soupir, qu'est-ce que tu pouvais haïr ce genre de journée trop longue. Tu roules sur ton lit pour attraper ton portable dans ton sac à main, lisant tes messages dans un silence le plus absolu. Une chose est sûre là où tu habitais tu n'allais jamais être embêté par le voisinage, si ce n'est les malheureux crustacés ou poisons. Un sourire étire tes lèvres lorsque tu lis le message d'Atlas, la situation semble si compliqué avec lui en ce moment. Vous êtes toujours aussi proche, mais un fait vous éloigne ? Tu es censées être la meilleure amie d'Atlas et non de Harès, alors depuis qu'il a pris l'identité de son frère pour une raison qui t'échappe légèrement mais que tu acceptes. C'était bien plus délicat pour vous voir ou bien plus compliquée qu'avant, tu ne peux plus débarquer à l'improviste pour passer tes journées avec lui et encore moins tes soirées. Tu étires tes bras devant toi, lâchant un profond soupir, tu te demandes comment cette histoire va se finir, avec beaucoup de dégâts sans doute. Mais tu as toujours dit à Atlas que si cela prenait une tournure dramatique tu serais toujours là, bras tendus pour l'accueillir chez toi. C'est simple de vivre à deux sur ta péniche, elle est trop grande pour toi et assez luxueuse pour qu'Atlas s'y plait.

Alors, quand tu réponds à son message, tu lui envois un second juste pour savoir s'il pouvait venir manger chez toi, tu voulais qu'il vienne, tu avais besoin de lui parler et de le voir. Tu attends sa réponse comme une gamine de cinq ans, lorsque ton portable vibre sur ton ventre, tu te précipites à voir si c'est lui qui t'as répondu. Faux espoir, qu'est-ce que cet idiot peut bien faire hein ? Tu balances ton portable avant de te lever, tu n'avais pas à attendre après lui de cette façon. Alors tu passes sous la douche, histoire de passer le temps et d'espère qu'il t'a répondu d'ici-là.
Tu enfiles ton short de nuit et ce t-shirt trop grand, mais tu aimais être à l'aise après une telle journée de dur labeur. « No message. » tu lâches un soupire noue ta chevelure trempé d'un chignon, pose tes lunettes de repos sur ton nez et tu ouvres un pot de crème glacée, plantant ta cuillère dedans d'un air frustré. Tu commençais à le maudire de ne pas te répondre, puis plus les heures passent et tu commences à t'inquiéter, tu lui envoies une panoplie de messages et l'appel de nombreuses foies, le maudissant sur un message, le ménageant sur l'autre, t'inquiétant sur un autre. Puis lorsque tu attends quelqu'un toque à ta porte, tu lâches un soupire étires tes bras et te lèves. Et tu vois sa frimousse de blond frisé, tu le regards de hautes en bas. Croise tes bras sur ta poitrine. « Tiens tu n'es pas mort ? » dis-tu d'un ton amusé, et tu avais fait exprès de prononcer cette phrase car elle pouvait avoir tant de sens. « Qu'est ce que tu veux? » Tu arques un sourcil et attend la quelconque explication, le bougre il aurait pu au moins répondre à un de tes appels. « Je ne t'attendais plus. » dis-tu en baissant la tête, tu lui affiches une grimace puis sans céder tu plonges ton regard dans le sien. Merde tu y lies toujours cette même mélancolie, alors tu viens te blottir contre lui car c'est ta façon de montrer que tu seras toujours là pour lui, tu te serres un peu plus à lui.
 
__________________


Someday I'll wish upon a star + wake up where the clouds are far behind me ee ee eeh. Where trouble melts like lemon drops high above the chimney tops thats where you'll find me oh. Somewhere over the rainbow bluebirds fly and the dream that you dare to,why, oh why can't I?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


TO DO
LIST:


messages : 109

MessageSujet: Re: whispers under the moonlight (atlounet)   Dim 11 Mai - 8:44

ebony ∞ atlas
A thousand silhouettes dancing on my chest
Sa vie devenait monotone. Si nous pouvions encore appeler ça une vie. A quoi bon continuer à vouloir la mener dans la joie et la bonne humeur ? Non, il n'était pas dépressif, il avait juste perdu cette petite flemme qui faisait tout. Tout pourrait aller bien. Tout allait bien autrefois. Mais autrefois avait une bonne signification. Autrefois restait le passer. Pour autant, il ne devait pas rester à se lamenter sur son sort. Il s'était lui-même mit dans cette situation. Chaque jour il avait cette crainte, la crainte de tout perdre à nouveau. Comme lorsqu'il a perdu son frère, sa moitié. C'est comme ça la mort ? C'est quand elle touche quelqu'un qu'on comprend tout. On connait le manque de cette personne, elle nous remet en question sur comment on aurait dû être avec la personne. Comme Atlas aurait dû être avec Harès. Il ne déposa qu'un seul regard sur l'écran tactile allumé de son téléphone tandis que celui-ci venait tout juste d’émettre un son. Atlas n'était pas étonné à la réponse précipitée de sa meilleure amie car il savait que toujours elle était là, elle. Voulait-il souper chez elle ? Telle était la question. Qu'allait en penser sa compagne ? Pas grand chose à vrai dire. Sauf qu'il verrait très bien dans son regard ce sentiment d'abandon, qu'Atlas l'abandonné pour sa meilleure amie. Que pouvait-il y faire ? Malgré le fait qu'il soit aujourd'hui Harès, autrefois il y avait elle, sa brunette avant tout.

Il ne sait même pas pourquoi il fait ça. Assit dans le fauteuil, il regarde et écoute sans un mot son portable sonnait. Depuis l'accident, il semble être dans un autre monde. Il semble même vouloir se couper du monde. Qu'avaient-ils tous à vouloir savoir comment il va ? A demander de ses nouvelles ? Les heures passent et son portable finit par magie par s'éteindre. Et pour la première fois de sa vie, il se met à se rongeait les ongles en s'en voulant. Pourquoi ? Pourquoi ressentit-il une telle chose ? Elle qui est tout pour lui. Jamais il ne se comprendra finalement. Il finit par se lever, récupérer son blouson sous les yeux de sa compagne enceinte alors qu'elle l'interroge sur sa prochaine destination. Que peut-il dire ? Il ne pouvait pas dire qu'il allait la voir. Harès ne la connait même pas. C'était encore et toujours le problème. Trouvant l'excuse de vouloir prendre l'air - ce qui était habituel chez lui - il partit par la suite après avoir embrassé sa compagne en lui signalant qu'il ne rentrerait pas tard.

La porte de la péniche s'ouvrit après quelques secondes. Une péniche... Sa meilleure amie le surprendrait toujours autant. Il n'y avait qu'elle pour pouvoir habité dans un tel environnement. Sans grand étonnement, il tomba sur sa Ebo qui après un regard qui en dit long sur sa présence. Ce qui ne dura qu'un minime de temps. Il pensa sa main dans ses cheveux tandis qu'un petit sourire se formait sur ses lèvres. « je tente de survivre chaque jour » s'empressa-t-il de répondre en haussant les épaules face à la mine interrogatrice de son petit chou de meilleure amie. Au plus grand étonnement, son sourire restait présent malgré l'échange que les deux entretenaient sur le fait de vivre et de survivre qui lui rappelait tant ce terrible jour. Un sourire qui en disait long sur qui pouvait le faire apparaître sur le visage du jeune anglais. Il haussa à nouveau les épaules. C'est vrai ça, qu'est-ce qu'il voulait ? Son sourire s'envola aussi vite qu'une brise de vent alors qu'il la regardait. Il en vient qu'elle releva son regard vers lui et se précipita pour se loger dans ses bras. Sans surprise, ses bras se refermèrent contre son petit corps de femme tandis qu'elle tentait de le réconforter par cet adorable câlin qui lui montrait à quel point il pouvait compter sur elle à tout moment. Cette accolade lui faisait terriblement de bien, un moment il pouvait se replonger dans le passé, il se sentit comme autre fois, atlas. Dans un silence, il embrassa le crâne de sa Ebo dans un petit sourire, comme si il était revenu comme par magie. « je suis là pour goûter tes talents culinaires ma Ebo » finit-il par dire alors qu'il s'écartait d'elle avec une petite touche d'ironie et de moquerie. Le jeune anglais avait déjà assisté à de belles gaffes de sa meilleure amie, surtout quand ils s'y mettaient tous les deux par le passé.

Il entra dans la péniche de la jeune femme tandis qu'il découvrait avec amusement le canapé surplombé d'une couette polaire et d'un pot de glace. « mais la glace ça me convient parfaitement ! » s'enquit-il de dire la cuillère déjà dans la bouche alors qu'il savait très bien que suite à sa non réponse, elle n'avait rien préparé et était prise de court. C'est alors qu'il s'installa sur le canapé et tapota la place à côté de lui pour accueillir son amie. « j'arrive toujours pas à croire que tu habites sur une péniche » ricana-t-il en regardant tout autour de lui. Ainsi une sensation étrange venue à lui, ici il se sentait comme chez lui, comme avant. Ici il n'avait pas à se cacher, ici il était atlas, le vrai atlas.
code by Silver Lungs
__________________




Breathe. It’s okay. You’re going to be okay. Just breathe. Breathe, and remind yourself of all the times in the past you felt this scared. And remind yourself how each time, you made it through. Life has thrown so much at you, you’ve survived. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

whispers under the moonlight (atlounet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Moonlight
» Moonlight Act
» Demo de POCKYhime - Cure Moonlight
» Moonlight - Moonlight - Mick
» Magic in the Moonlight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
N U T E L L A :: Isola de Burano :: Giudecca :: Le port-